Opening Week: Tuesday, Wednesday-

With some backstage and frontstage images of the performances by Adva Zakai, Andrea Marioni & Lauren Huret, Barbara Manzetti, conversation between Marie de Brugerolle & Jacques Aubert, and a few glimpses of our guests Eva Fabbris and Laura Pelaschiar. It was a very special week and thanks to all.

Opening Day

photos a-go-go made by Julie Sas on the opening day. Somewhere, unknown to all of us, there is a performer performing Julie Sas’ “Your Attention Please:”

This all happened on April 18.

Images for the opening week. More images will be posted soon.

OPENING WEEK – Programme

image

Ulysses was born in Trieste
Une proposition de Dora Garcia avec les étudiant-e-s de
l’option Construction et du programme work.master de la
Head, Genève.
Lieu: LIYH, Live in Your Head, institut curatorial, Rue du
Beulet 4, 1203 Genève
Opening week: 16 / 17 / 18 avril
Vernissage: 18.04. à 18 heures
Exposition: 19.04 -18.05.2013 Continue reading ‘OPENING WEEK – Programme’

A letter to Chantal Pontbriand on The Joycean Society

Screen Shot 2013-02-28 at 22.18.34

Dear Chantal,

It is obvious that the Joycean community is not a politically oriented community, and yet, I think they are extremely subversive in another, more sophisticated sense.
I have always been attracted to Joyce in relation to concepts such as “the destruction of the English language”, the “explosion of language”, “the end of literature”. Continue reading ‘A letter to Chantal Pontbriand on The Joycean Society’

INSTRUCTIONS POUR ÉCRIRE UN DISCOURS D’ADIEU OFFICIEL:

adieu

 

  • Mettez en surbrillance les choses merveilleuses sur le lieu que vous “laissez”.
  • Pourquoi un est au début.
  • Ce que il a réalisé / connu avant le départ.
  • Une note où vous avez l’intention d’aller après le départ.
  • Les personnes qui effectueront le départ.
  • Comme sera la gestion de votre départ.
  • Tout ce qui sera fait après votre départ.

 

by

Costanza Candeloro

FAREWELL SPEECH:

goodbye

“Nous avons besoin de la mort pour avoir une vie ”

(Franco Basaglia)

 

Il y a quelque chose d’absolument tragique dans la vie des personnalités publiques, quelque chose qui se trouve entre l’extrême générosité et l’auto-destruction. Quelque chose qui, en d’autres termes, amène l’individu à accepter que sa personnalité ne lui appartient pas plus qu’à lui qu’il n’appartient à ses spectateurs. Dans cette duplicité le conflit entre les personnalités est presque inévitable et puisque le facteur humain est toujours synonyme d’ imprévisibilité, quelque chose ne peut pas aller comme il se doit.L’émergence de cette cassure est le symptôme que les deux parties, à un certain moment, ne peuvent plus coexister. Souvent il en résulte le désir d’ “abattre” leur  caractère et puisque les personnages publiques sont le pain quotidien de notre société, ses adieux à la scène doivent passer à travers une grande et mémorable “performance finale”: le discours d’adieu. Continue reading ‘FAREWELL SPEECH:’

Erving Goffman

220px-Erving_Goffmanla-mise-en-scene-de-la-vie-quotidienne-tome-2-les-relations-en-public-erving-goffman-9782707300638

 

Issu d’une famille juive d’origine ukrainienne ayant rejoint le Canada à la fin du XIX° siècle, Erving Goffman est né le 11 juillet 1922 à Mannville dans la province d’Alberta. Il entreprendra des études de sociologie à l’université de Toronto (1944) où il sera l’élève de Ray Birdwhistell, puis à l’université de Chicago (1945) où il sera l’élève de Helbert Blumeret Everett Huges. En 1952, dans la lignée des enquêtes participatives inaugurée par B. Malinowski, il part pour les iles Shetland, au nord de l’Écosse, observer la vie locale pendant douze mois. Il se fait passer pour un étudiant intéressé par l’économie agricole : en réalité, il collecte des données pour sa thèse de doctorat qu’il soutient en 1953 Continue reading ‘Erving Goffman’

Finnegans Wake in Chinese (in French)

res01_attpic_brief

Finnegans Wake in Chinese (in French)

Thanks to Lauren Huret

Joyce lui-même, qui a mis 17 ans à l’écrire, assurait que son récit a un sens très précis, que tous ses éléments, pour disparates qu’ils paraissent, sont liés. «Je peux justifier chaque ligne de mon livre», a-t-il déclaré. A un critique perplexe, il a dit: «S’il n’avait aucun sens, il aurait pu être écrit rapidement, sans réflexion, sans douleur, sans érudition; mais je vous assure que [le seul chapitre I.8] m’a coûté 1200 heures de travail et une énorme dépense d’esprit.» Continue reading ‘Finnegans Wake in Chinese (in French)’

Au sujet de “Désordre”, un projet parallèle et jumeau de “Ulysses was born in Trieste”

Screen Shot 2013-02-11 at 12.28.37

Une entretien fait par Handimarseille.fr et resurgences.eu

Handimarseille : Pouvez-vous vous présenter ?

Dora Garcia : Je m’appelle Dora García, je suis artiste visuel et j’habite à Barcelone en Espagne.

H.- Vous êtes invitée à participer à MP2013 dans le cadre des Ateliers de l’Euroméditerranée avec le projet “Désordre”. Vous êtes en résidence au sein de l’Hôpital psychiatrique Montperrin en partenariat avec 3bisF, qu’est ce qui vous a amenée à proposer cet atelier et que cherchez vous à interroger ? Continue reading ‘Au sujet de “Désordre”, un projet parallèle et jumeau de “Ulysses was born in Trieste”’